Beware...
Bonjour à vous, Ô humble invité qui passez en ces lieux !

Le Staff vous invite, si vous êtes déjà inscrit, à passer les portes et vous enregistrer afin de voir toutes les catégories de votre demeure.
Si vous n'êtes pas encore inscrit, il serait peut-être temps de remédier à cela, non... ? Nous vous invitons de ce pas à faire le tour du propriétaire et à poser vos éventuelles questions dans la rubrique qui vous est dédiée... en espérant vous accueillir parmi nous.


- Cordialement et rôleplayistement, le Staff d'AA ! ♥

Beware...


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [PV Ulquima] Moment de répit et de nouvelles rencontres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iska Farkas

avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Où es-tu ? : Dans ton cul.
Quelque chose a avouer ? : Rien à déclarer.
Amour ? : Confidence pour confidence, c'est toujours moi que j'aime à travers vous !~
Date d'inscription : 26/06/2011

Renseignez-nous !
Je suis plutôt quelqu'un de...: Excentrique
Et de...: Manipulateur
Carnet de Rencontres:

MessageSujet: [PV Ulquima] Moment de répit et de nouvelles rencontres.   Dim 19 Jan 2014 - 18:37

Aujourd'hui, rien ne semble pouvoir me décider à passer à l'action. RIEN. Vide cosmique, intersidéral, mortel, abyssal... et encore plein d'autres adjectifs.
Je me contente d'errer dans les rues de Port Jacks avec un air mélancolique me séant si bien au visage comme à l’accoutumée morne et blafard avec un ennui on-ne-peut-plus-certain. La seule chose que j'accepte de faire ? Acheter des clopes. Est-ce que j'ai pour autant envie de fumer ? Non, du tout, mais j'ai des pièces dans les poches et ce serait navrant de ne pas les dilapider en âneries. Je suis décidément bien inconscient...Acheter un paquet de gauloises alors que mon compte en banque ne trépigne plus vraiment de joie ces derniers-temps, c'est jouer à pile ou face avec la bonne humeur de ma génitrice...bah ! Qu'importe. Le soutireur de caramel, c'est bien moi. Je lui lécherai les bottes une fois de plus et raviverai son amour maternel pour obtenir mon dû, pour ensuite disparaître de son champ de vision jusqu'au prochain mois... En attendant, les pièces tintent un instant entre mes doigts pour ensuite rejoindre ceux du vieillard qui les remplace par un paquet de cigarettes, sur lequel trône une image particulièrement gore, mais méritant tout de même un sourire amusé de ma part. Comme si ça allait me dégoûter, ces gorges enflées et nécrosées, moi qui ne suis même pas sûr de vivre dix années de plus avec le train que je mène ! Et encore, dix, je suis sympa...Cinq, ce serait déjà pas mal. Ceci dit, tout en ramassant mon sourire niais, je m'empresse de ranger dans la poche intérieure droite de mon manteau, de saluer le vioc' et de m'enfuir comme un voleur à la recherche du sens à sa vie. Comme quoi, même les cons comme moi peuvent avoir ce genre d'instant...


Plus envie de rien...quoique, de dormir, ça c'est sûr. J'éteins mon portable pour m'assurer que personne n'essaiera de me contacter alors que je m'offre enfin un petit instant de répit après toutes ces heures accumulées à bosser comme un légume attardé. Aujourd'hui, je ne vais pas au travail, je ne rentrerai pas à l'appart et je ne parlerai à personne : Après tout, pourquoi vouloir retrouver son soi faussé alors que la solitude est une bien meilleure compagnie, compagnie qui, d'ailleurs, ne cherche pas à voir à travers autrui le reflet de ce qu'elle aime et désire ? J'en ai assez de tout ça, de ces mensonges, de ce rôle qui me colle à la peau comme une foutue pâte à glue collante et dégoulinante dont on voudrait bien s'en laver. Marre de tous ces gens qui ont une écrevisse dans la tourte, à peine capables de discerner la réalité à leurs délires morbides particulièrement emmerdants lorsqu'il me faut les écouter avec toute la "bonté d'âme" qui m'est propre, de tous ces diquesas casse-burnes qui te lorgnent avec la bave aux lèvres comme s'ils t'imaginaient déjà à poil en train de chevaucher dieu-sait-quoi-qu'il-voudrait-pas-savoir, et surtout, de ces abrutis inachevés même pas foutus de m'en coller une alors qu'ils sont pertinemment au courant que je ne suis pas ce qu'ils croient et malgré tout ils cherchent à se persuader de l'inverse...idiots ! 


Bref, merde, marre. Même si je ne viens pas d'ailleurs, (quoique, si, techniquement si puisque je ne suis pas né ici) je ne suis pas "chez moi" pour autant : J'ai juste aucune place qui ne soit destinée qu'à moi, et seulement moi. C'est pour ça que je me suis rendu ici, au moins je suis sûr d'y être accueilli sans le moindre problème, et ce malgré mes défauts et mon vice. Qu'est-ce que j'insinue donc par "ici" ? Oh, c'est très simple...
La mer.
Elle s'offre à tout le monde mais n'appartient à personne, libre et libérée de tout, sans que personne ne puisse lui mettre des fers aux pieds pour se l'approprier. J'aime particulièrement cette vaste étendue d'eau, surtout lorsque personne à part moi n'est présent pour contempler ses courbes dansante à cause de l'heure tardive à laquelle mes pas m'ont guidé jusqu'ici, elle m'apporte le vide et le calme dont j'ai besoin à force de vivre dans ce monde de dingues...
Mes yeux errent un instant sur l'espace infini qu'elle fait danser face à moi telle une bête sauvage et indomptable fuyant dès que les hommes s'en approchent, puis je m'installe sur les grains de sable en déposant l'arrière de ma tête sur un caillou trônant là, comme s'il n'attendait que moi et mon noble crâne. J'attrape un coquillage qui traîne parmi tous ceux qui squattent mon territoire auto-attitré puis le tourne entre mes doigts, m'amusant à le jeter, lui et ses confrères, dans l'eau bleutée rien que pour le plaisir d'apercevoir des petits cercles là où ils tomberaient. Ceci étant dit, et même si j'ai enfin obtenu la solitude physique tant désirée, je me sens...seul. Quelle misère, j'ai beau clamé ma haine d'autrui, et pourtant, je m'emmerde ferme dès qu'ils disparaissent de mon Ô combien continuel quotidien, c'est dire à quel point je suis contradictoire ! Mais je compte bien combler l'ennui pesant en entamant la seule chanson qui me vient en tête, particulièrement adaptée à ma situation actuelle : 

- Peeeeeersonne au môôôôônde...ne connay' ma peeeeeeeeiiineuh.... Peeeeeeersonne au môôôônde... ne m'aaaayme....

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[PV Ulquima] Moment de répit et de nouvelles rencontres.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]
» Un petit moment de réconfort
» Mash sur direct 8 en ce moment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beware... :: Plage-
Sauter vers: