Beware...
Bonjour à vous, Ô humble invité qui passez en ces lieux !

Le Staff vous invite, si vous êtes déjà inscrit, à passer les portes et vous enregistrer afin de voir toutes les catégories de votre demeure.
Si vous n'êtes pas encore inscrit, il serait peut-être temps de remédier à cela, non... ? Nous vous invitons de ce pas à faire le tour du propriétaire et à poser vos éventuelles questions dans la rubrique qui vous est dédiée... en espérant vous accueillir parmi nous.


- Cordialement et rôleplayistement, le Staff d'AA ! ♥

Beware...


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Pv : Sid Insane] Hello. How are you ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [Pv : Sid Insane] Hello. How are you ?   Dim 13 Fév 2011 - 12:03

    La matinée avait pourtant bien commencée, Kurt n'avait pas eu de problème et ne s'était pas perdu dans l'établissement. Il avait pu prendre son petit-déjeuner dans le réfectoire en même temps que tout le monde ce qui lui aurait permis de ne pas arriver en retard en cours. Si seulement... Et oui il y a un si, il y a un mais... Il y a un hic. Il y a toujours une petite chose qui ne va pas avec le jeune américain. Mais vraiment toujours. Toujours un petit mais, ou bien un petit si, un hic. Il venait à peine d'arriver ici, mais déjà il avait des "problèmes". Bon, il avait de la chance pour le moment ce n'était pas de l'ordre du soda collant sur son visage, dans ses cheveux et sur ses vêtements neuf ou bien du très sympathique tour quotidien dans la benne à ordure et Dieu merci ! Il n'avait pas envie d'avoir les mêmes problèmes de popularité ici que dans l'Ohio même si ce n'était pas vraiment pour cette raison qu'il avait décidée de venir en France, loin de sa gentille famille. D'ailleurs, ils lui manquaient tous, que ce soit son père ou bien Carole, sa belle-mère et... et Finn, son "frère", oui, on pouvait presque dire ça comme ça, leurs parents étaient mariés après tout, pourquoi ne pourraient-ils pas être des frères... Très certainement parce qu'on ne ressent pas de l'amour pour son frère, on ne tombe pas amoureux de son frère. Mais, il en avait été amoureux bien avant qu'il soit son frère, il était tombé amoureux de lui alors qu'il n'était encore pour lui que le footballeur le plus populaire qui sortait avec la jolie capitaine des cheerleaders. Il leur écrirait à tous, il ne savait pas trop quand, mais, il le ferait après tout son arrivée ici était vraiment récente...

    Enfin bref, il aurait pu suivre les cours normalement s'il était constitué comme tout le monde et qu'il digérait correctement les plats préparés dans cet établissement. Sauf que ce jeune homme n'est absolument pas comme tout le monde. Il est totalement différent. Je ne parle même pas que de ses manières et de son mental... C'est un extra-terrestre. Oui, on pourrait presque dire cela. Son ventre le faisait souffrir, il retourna dans sa chambre et fouilla sa valise à la recherche de médicaments... Mais où étaient-ils passés ? Où avaient-ils bien pu disparaitre ? Il chercha dans tous les tiroirs, même ceux qu'il n'avait pas encore eu l'occasion d'ouvrir, fouille la salle bain et tout le pots de crème, les masques et j'en passe. Il avait beau chercher, rien, il ne trouvait rien et il ne trouverait rien. Il y avait très certainement une autre solution. Il y avait bien une infirmerie ici, c'est bien là que vont les élèves malades non ? Il sortit alors de sa chambre en enfilant rapidement une veste noire, il n'avait pas quitté ses chaussures le temps de chercher ses médicaments et ressortit rapidement dans le couloir.

    Il chercha pendant un bon moment l'infirmerie sans la trouver bien entendu. Il passait et repassait devant des portes qui se ressemblaient toutes et qui avait des chiffres de plus en plus impressionnants. Finalement il la trouva, une petite porte qui portait l'indication "infirmerie". Il se recoiffa, resserra sa cravate rouge et remit en place le col de sa veste. Une fois qu'il se considéra présentable, il poussa doucement la porte avec une main, tenant la lanière de sa besace en cuir de l'autre. C'était désert. La pièce était blanche et les rideaux étaient tirés, on pouvait donc voir tous les lits, vides, sans aucune exception. La décoration était minimaliste, mais ce n'était pas dérangeant. Ce n'était pas moche, ce n'était pas joli et, c'était déjà mieux que le reste du bâtiment. La fenêtre était ouverte et un petit vent du matin venait rafraichir la pièce. Kurt avança un peu et remarqua la porte du bureau fermée. Il toqua, mais il n'y avait pas de réponse, il essaya donc de l'ouvrir amis elle était verrouillée. Il n'y avait personne... L'américain décida dans ce cas de patienter et s'assit sur le bord d'un des nombreux lits vides, croisa les jambes mit ses mains sur ses cuisses et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Pv : Sid Insane] Hello. How are you ?   Lun 14 Fév 2011 - 12:32

Minuit.
Les pieds du rouquin sortirent du lit. Non, il ne les posa pas au sol, mais ils dépassèrent du contour de bois. Le lit était trop petit pour lui, qui surplombait les élèves de son mètre quatre-vingt-dix. Alors, il ne pouvait pas cacher ses membres inférieurs, et parfois, dans la nuit, la couverture les quittait. C'est le grand courant d'air trop frais qui chatouilla les pieds de Sid et qui le sortit de son sommeil. La tête orange émergeant des draps, le grand homme replia ses jambes. Il ne supportait pas les frissons que cela lui donnait : en plus, il allait être malade. Quel comble pour un infirmier ! Qui le soignerait, lui ? Il serait contraint d'aller ennuyer les docteurs de l'hôpital et savait qu'il n'y serait pas forcément bien accueilli. Ou alors, il s'auto-médicamenterait. Mais il n'aurait personne à son chevet et personne pour se déplacer à sa place chercher ses comprimés. Non, il ne devait pas être malade.
Atchoum.
Trop tard. Il serait enrhumé. Mais bon sang, d'où venait cet air glacé ? Le borgne dut se lever pour aller voir. Ses orteils ne voulaient pas le supporter et il chancela plusieurs fois avant d'attendre le mur d'en face où logeait une petite fenêtre. Elle n'était pas ouverte. L'étonnement se lit sur le visage du garçon grâce à ses sourcils qui se levèrent. Il examina comme il put l'encadrement du vitrage. Ce fut un rude exercice. A cette heure de la nuit le rouquin n'avait pas les idées très claires. Il découvrit un joint qui s'était fait la malle et qui était la cause de son éternuement. Sapristi ! Comment boucher le trou presque énorme que cela provoquait ? L'infirmier tituba jusqu'à sa table de chevet où se trouvait posés pain et verre d'eau. Il prit le premier et retourna jusqu'au fauteur de trouble. L'écorce du pain était trop dure pour les mains endormis du garçon; ainsi il dut utiliser ses dents pour arracher la croute. Laissant libre accès à la mie moelleuse. Celle-ci se fit sauvagement attraper, rouler en boule et plonger dans le trou formé par l'absence de joint. Il enfourna autant de mie qu'il peut afin d'être certain que le vent ne s'y engouffrerait plus. Quand il ne resta plus que le contour du pain, le rouquin laissa tomber la coquille et retourna dans son lit. Avec cette aventure, le sommeil l'avait gagné et il ne pouvait lui résister.

Dix heures.
Du matin oui. De nouveau, les cheveux couleur carotte de Sid firent surface. Ils étaient tout emmêles et vraiment moches à voir. Son œil regardait dans le vague, forçant sa paupière à rester ouverte pour ne pas retomber dans le monde des rêves. Il se le frotte, ce qui lui permit de retrouver une vision correcte. Et surtout, de se pencher sur le réveil. Bon sang, ce n'était pas possible ! Cette saleté de fenêtre ne pouvait pas l'avoir autant fatigué au point de ne pas entendre sonner son réveil ! Quel idiot ! Sid n'aimait vraiment pas être en retard au travail, et là, ce n'était plus du retard.. C'était bien pire que cela. Le borgne s'empressa de se tenir sur ses pattes et aussi rapidement que ses pieds le lui permettait il se dirigea vers la salle de bain. Il aurait pu s'en passer, courir dans ses vêtements et atteindre son infirmerie en cinq minutes chrono, mais l'état de ses cheveux ne le laissait pas en mesure d'affronter les regards.
Passage à la douche. Atchoum. Cheveux tout beaux tout neufs. Et le nez qui fuit.
Sid enfila son jean et une chemise en vitesse, se brossant en même temps les cheveux. Ses chaussures lui tendaient les bras (haha) et il n'eut pas besoin de se baisser pour les enfiler. Tant pis si elles étaient abimées sur le talons là où ses pieds appuyait pour qu'ils entrent dans le cuir. Il y avait plus important que l'état de ces chaussures. Il avait une infirmerie à gérer !
Un escalier, un corridor, un carrefour. Il avançait à pas rapides dans le bâtiment. La porte de son infirmerie était ouverte, il la laissait toujours béante, au cas où un élève aurait envie de venir s'y reposer en son absence. Il fermait simplement les armoires et le bureau à clé, où il empilait les médicaments. S'il y avait un élève qui l'attendait, il était mal. Que dirait-il s'il devrait l'infirmier sans sa tenue, retardataire ?! Ça mettait un peu mal, pour un adulte. Son étage arriva enfin et Sid haletait. Il s'arrêta quelques mètres avant l'entrée et reprit sa respiration. Les mains posées sur les genoux, le dos courbé, il inspirait et expirait fortement. Il n'avait pas l'habitude des sports extrêmes ! Et puis, il marcha l'air de rien, le cœur ayant repris son rythme.
Quoi ? QUOI ? La porte étant béante et un petit élève s'était assis sur un lit. Flûte de flûte ! Le rouquin n'avait pas été là à tant pour le prendre en charge. Pourvu qu'il ne souffre pas atrocement ! Il ne fallait pas montrer son trouble, ainsi, Sid se tint droit et afficha un sourire avant de franchir le seuil. Il regarda l'enfant mais ne lui parla pas tout de suite. Il lui fit simplement un signe de tête pour le saluer et un mouvement de la main pour lui faire comprendre qu'il serait bientôt à lui. La clé glissa dans la serrure du bureau, et le jeune homme pénétra à l'intérieur. Il attrapa sa blouse blanche qui pendait sur un porte manteau non loin. Il s'en vêtit et retourna dans la pièce principale. Désormais, il avait tout son temps pour le malheureux malade. Ses pieds le menèrent jusqu'au jeune homme et sa voix annonça :

« Excusez mon absence, je suis à vous maintenant. Quelle est la raison qui vous amène ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
[Pv : Sid Insane] Hello. How are you ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Are the Republicans insane?
» L'offrande [Daëstra]
» Remind me the story that I won't get insane | Astrid
» [FB 1615] Insanely ... insane.
» O M G ? you've made me go insane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beware... :: Infirmerie-
Sauter vers: