Beware...
Bonjour à vous, Ô humble invité qui passez en ces lieux !

Le Staff vous invite, si vous êtes déjà inscrit, à passer les portes et vous enregistrer afin de voir toutes les catégories de votre demeure.
Si vous n'êtes pas encore inscrit, il serait peut-être temps de remédier à cela, non... ? Nous vous invitons de ce pas à faire le tour du propriétaire et à poser vos éventuelles questions dans la rubrique qui vous est dédiée... en espérant vous accueillir parmi nous.


- Cordialement et rôleplayistement, le Staff d'AA ! ♥

Beware...


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Si je t'avais connu plus tôt, j'aurais accroché. Là, j'accroche... [Kazuma ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Si je t'avais connu plus tôt, j'aurais accroché. Là, j'accroche... [Kazuma ♥]   Lun 3 Jan 2011 - 19:38


    Une heure. Une heure que je suis descendu. Une heure que je respire de la poussière. Une satanée heure que je lis des papiers. Une foutue heure que je trie ces papiers. Une sale heure que je m'ennuie sèchement. Mais pas de répit pour moi. Je ne m'accorde aucun temps de pause, cela reviendrait à revenir dans ce sous-sol et Dieu seul sait comme je déteste les endroits confinés et humides comme ceux-ci. C'est une bonne raison, je pense, et je m'y connais, pour finir au plus vite la tâche ingrate qui m'a été confiée et enfin sortir à l'air libre. M'enfin, quitte à s'ennuyer et déprimer, autant le faire ici que d'aller se morfondre dans le froid hivernal. Surtout que dehors, il doit encore neiger ! Comme hier, comme avant-hier, comme le jour d'avant et ceux qui les ont précédé... quel temps à crever. Et dire que cette substance gelée rend tous les gamins euphoriques... moi, à leur âge, je mourrais de froid sur le trottoir des rues, en hiver. Mais bref, passons.
    Et notez que je suis toujours là, en pensant à tout ça. Ce qui ne m'avance pas dans mon affaire. Devant moi, trois énormes classeurs. Dans ces trois énormes classeurs, six intercalaires de couleurs différentes. Je dois mettre chaque feuille des dix piles dans chaque classeur et chaque intercalaire correspondant au type des écrits sur la feuille... non, je n'ai jamais fait d'études de gestion. Seulement l'armée. Sûrement le proviseur s'est-il dit "Tiens, il est carré et droit, il doit certainement aimer la paperasse"... eh bien j'aimerais bien lui dire qu'il s'est trompé. Mais mon travail serait mis en jeu. Donc je m'abstiens et me plie aux ordres. Ledit proviseur m'a donné un délai de deux semaines pour ranger tout ça... en précisant que les feuilles étaient en désordre car tombées récemment du bureau pour la raison qui est las suivante et attention Ô combien naïve : un COUP... de VENT.

    Deux heures. Oui, je fatigue. J'avais espéré en descendant finir tout ce boulot aujourd'hui, mais finalement, c'est peine perdue. Je me suis amusé à compter les feuilles blanches imprimées de la première pile à peine terminée... eh bien, pour sauvegarder votre sain rythme cardiaque et l'air de vos poumons, je n'en dirai mot.
    Je m'accorde donc enfin une pause de courte durée. Je me donne au maximum vingt minutes et cherche donc un endroit peu poussiéreux pour me poser et penser. Quelques mètres plus loin, un banc en pierre a été installé. Drôle de construction pour un sous-sol me direz-vous... je me croirais dans une ancienne prison, ou dans un ancien donjon. Je me baisse, jette un coup d'œil au monument qui semble préhistorique et passe mon doigt dessus. D'une rare propreté ! Je prends donc place et donne l'honneur à ce banc de recevoir un arrière-train princier sur son dessus... puis je ferme les yeux, m'étire et reste ainsi quelques minutes.

    Je me réveille en sursaut, certain d'avoir entendu un bruissement très léger sur ma gauche. Je fais volte-face, tourne un œil vif dans cette direction. Personne, cela devait être mon rêve... en effet, je me suis assoupi un instant. Ce sont des choses qui arrivent. Je regarde ma montre à gousset, attachée autour de mon cou par une épaisse chaîne d'argent sombre. J'ai dormi exactement vingt-cinq minutes. Affolé mais d'un côté soulagé de ne pas avoir prolongé ma sieste plus longtemps, je me lève et dérouille mes épaules. Il va me falloir du courage, beaucoup de courage, pour entamer une autre pile...
    Puis là, j'entends VRAIMENT du bruit sur ma gauche. Il vient des escaliers, juste au bout du couloir. J'arrête toute action, souffle coupé, à l'écoute. Qui pourrait se laisser tenter par un sous-sol miteux et moisi comme celui-ci...? Qui plus est, à 18H30...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Si je t'avais connu plus tôt, j'aurais accroché. Là, j'accroche... [Kazuma ♥]   Mar 11 Jan 2011 - 19:21

    Une journée banale. Encore plus banale que banale... Et là, je suis gentil. Vous savez, ces journées qui semblent être exactement les mêmes qu'hier, vous aussi les connaissez, j'en suis certain. Celles que vous oubliez à la pelle car il n'y avait même pas une petit anecdote amusante. On ne peut pas la qualifier de mauvaise, non. Car il n'y a ni mort, ni nouvelle angoissante qui vienne vous la pourrir. Même pas une abominable note. Il n'y a rien non plus qui soit réjouissant, une bonne nouvelle, ou quelque chose du genre. Mais non, non, non. Rien n'avait fait que cette journée soit spéciale. C'est pour cela que l'on peut dire qu'elle n'avait absolument rien à envier aux autres. Quoi que, elle était mieux que les journées classées dans "pourries". En effet, au moins, il n'y aurait aucun malheur, il ne pleurerait pas, il n'aurait pas d'idées morbides ou quoi que ce soit du genre. Non, aujourd'hui il ne se passerait rien, c'est certain...

    Alors, il revint dans sa chambre. Il n'avait rien à faire de spécial. Ni de devoirs, ni quoi que ce soit d'autre. Juste passer le temps comme il pouvait. Il n'avait qu'à se préoccuper de sa petite personne. En un sens ça ne lui déplaisait pas. Mais il ne voyait pas quoi faire tout seul maintenant dans l'académie, mis à par peut-être lire un bon bouquin ou écouter un peu de musique. Il n'avait pas envie de lire, certainement encore moins d'écouter de la musique. Alors, il s'assit sur son lit pour réfléchir à ce qu'il allait bien pouvoir inventer pour passer le temps. Hors de question de sortir, il fait noir, il fait moche et il fait froid. Personne n'a vraiment envie de sortir par un temps pareil. On appelait ça l'hiver... Il avait cependant envie de bouger. Alors il allait falloir bouger dedans. Il pouvait toujours aller faire un peu de sport au gymnase, s'éclater à mettre des paniers ou à dribbler tout seul. Mais bon, il fallait sortir pour accéder au gymnase... Et ce soir il fait froid.

    Alors il allait falloir se balader à l'intérieur, bien au chaud. Mais il connaissait presque l'académie par cœur. Il pensait qu'elle lui avait délivrer tout ses secrets. Il avait inspecté déjà plusieurs fois le grenier et tout les vieux souvenirs qu'il contenait, tout ces moments de joie ou de tristesse éparpillés un peu partout.Les albums photos, les vieux uniformes, des lettres et même des journaux intimes. Les pensées les plus profondes des élevés... Alors, il se leva, il allait errer dans le couloir et peut-être qu'il pourrait trouver un truc intéressant, un agenda tombé par terre, une lettre d'amour abandonnée dans un coin , surement jamais lue par le destinataire mais tellement rassurante à tripoter en face de ce dernier, des secrets... Il aimait les secrets, il aimait les connaitre. Mais il n'aimait pas vraiment que les autres connaissent les siens.

    Alors, une fois dehors, après avoir prit un dédale de couloir, il tomba nez à nez avec des escaliers très étroits... Sauf que dans ses souvenirs, il y avait toujours une porte fermée à clef à cet endroit, ce serait-il trompé ? Impossible, il savait très bien se repérer ici, et, même les yeux fermés il aurait pu jurer être devant cette porte habituellement close. Une odeur d'eau croupie et de moisissure émanait de ces fameux escaliers fantômes. Il était curieux, il avait bien envie de savoir ce qu'il y avait en bas, surement un truc ordinaire. Mais pourquoi ne pas essayer, au moins d'aller voir. Il s'avança doucement dans ses escaliers en vieux bois, ils craquaient sous chacun de ses pas, qu'allait-il bien pouvoir trouver en bas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Si je t'avais connu plus tôt, j'aurais accroché. Là, j'accroche... [Kazuma ♥]   Dim 16 Jan 2011 - 19:11


    Une main sur le mur, légèrement penché en avant et l'autre glissant le long de ma jambe pour aller chercher instinctivement le Lock 26 - un 9mm assez petit - coincé dans le haut de ma botte pour faire discret, je m'avance vers l'entrée tel un félin...
    Oui, je suis d'une de ces espèces de réactifs qui, à partir du moment où ils entendent du bruit et qu'ils ne sont pas prévenus de l'arrivée de quelqu'un, se jettent sur la personne en question pour l'égorger - si elle n'a pas une bonne raison de se trouver en ces lieux en cet instant. L'individu non identifié descend donc les marches, s'engageant sûrement vers le pire de ses cauchemars. Vers le pire de ses cauchemars, sûrement, si je n'avais pas remarqué sa petite frimousse toute mignonne juste à temps pour m'empêcher de le braquer. Je cligne des yeux rapidement et dans le même mouvement, enfonce un peu plus l'arme de poing dans la botte. Je me redresse, lentement, m'approchant de la dernière marche des escaliers, comme un petit animal craintif, cette fois-ci.
    Quel soulagement, me direz-vous, de savoir que je n'aurai pas fait peur à ce jeune garçon si appétissant ! Oui, c'est le mot juste, appétissant. J'expire longuement. Faut dire que je me suis fait une frayeur tout seul, aussi. Je le regarde, le caramel aux yeux, d'un air interrogateur. Il a dû prendre un sale coup de peur, lui aussi.

    Je le dévisage. Il est plutôt beau garçon. Pas très grand, androgyne, cheveux foncés, la même pour ses yeux... exprimant de la mélancolie autant que de la joie. Je sais déceler les ressentiments à partir de l'expression d'un visage et celle d'un œil, croyez-le ou non mais j'ai failli me faire recruter par l'armée pour cela et "grâce" à mon passé. Cependant, j'ai été dans l'obligation de refuser pour problèmes de santé liés à ma prothèse. Passons.
    Je lui jette maintenant un regard plus neutre, me demandant sérieusement ce qu'un élève peut bien foutre ici après la fin des heures de cours. Je n'ose parler. Ce serait pour ne rien dire. Ce qui est inutile ne doit pas être dit. Il est donc inutile de vous dire que je tente quand même une approche très solennelle... et pourtant.

    « Bonsoir. »

    Je hoche la tête en guise de salut. À vrai dire, je ne sais pas comment m'y prendre dans ce genre de situations. J'aurais dû fermer ma gueule, faire semblant de travailler et le faire vraiment puis l'ignorer. Au lieu de ça, je préfère me ridiculiser pour tenter une percée de social...

    « Les élèves sont interdits dans le sous-sol. »

    ...ratée. On dirait que j'ai parlé des chiens dans les gymnases.
    « Les chiens sont interdits dans le gymnase. »
    Oui, et d'ailleurs, je préfèrerais ne pas l'avoir dit...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Si je t'avais connu plus tôt, j'aurais accroché. Là, j'accroche... [Kazuma ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si je t'avais connu plus tôt, j'aurais accroché. Là, j'accroche... [Kazuma ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le plus grand virus jamais connu
» [Sondage]Comment avez-vous connu le forum ? (important)
» "Et si j'avais une maison"
» Si j'avais des ailes si j'avais un ami...
» Alors? Quesque je t'avais dit? [PV Night]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beware... :: Sous-sol-
Sauter vers: