Beware...
Bonjour à vous, Ô humble invité qui passez en ces lieux !

Le Staff vous invite, si vous êtes déjà inscrit, à passer les portes et vous enregistrer afin de voir toutes les catégories de votre demeure.
Si vous n'êtes pas encore inscrit, il serait peut-être temps de remédier à cela, non... ? Nous vous invitons de ce pas à faire le tour du propriétaire et à poser vos éventuelles questions dans la rubrique qui vous est dédiée... en espérant vous accueillir parmi nous.


- Cordialement et rôleplayistement, le Staff d'AA ! ♥

Beware...


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le retour [Mashiko Akasuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le retour [Mashiko Akasuna]   Mar 17 Aoû 2010 - 21:22

Et bien voilà, je reviens entre guillemets aux sources. Après quelques problèmes, qui m'ont retenu pendant un temps à l'hôpital, je reviens donc en cours. Je ne sais pas si cela m'enchante réellement, mais en tout cas c'est mieux que d'avoir des fils partout, des prises de sang et autre "châtiments que l'on nous inflige dans ces établissements. Après un petit voyage dans le RER qui me ramène, c'est maintenant le métro. Je marche, de quai en quai, l'air est frais voir même un peu trop. Je trouve l'air assez mauvais, des senteurs contrastés d'excréments et d'odeurs de cigarettes. Je suis seul, ou pas vraiment, là-bas : à mon opposé une jeune femme ou adolescente, je ne sais pas vraiment je n'y prête pas mon attention ; qui est plutôt porté sur le fait que le métro n'arrive pas. Je m'égare dans mes pensées pour oublier l'attente. Que retrouverais-je à mon retour ? Que sont devenu les gens que j'ai connu ? Je n'ai pas l'a réponse à ces questions, mais le métro n'arrive toujours pas et je m'agace

*Pff, il ne se font pas vraiment chier, un métro qui n'arrive pas j'aurais tout vu !*

Les minutes passent, lentement. Je remarque une nouvelle la personne qui est bout du quai. Cette fois-ci mon attention ce porte un peu plus sur elle. D'ici je dirais une taille moyenne, de longs cheveux, des yeux surement magnifique mais que je ne peux vraiment apercevoir.Le fait de la voir me rapellent que je n'ai pas vraiement de contact avec l'extérieur, ni de réel conversations autres que mes petits soucis. Mais comment l'aborder ? elle va surment me prendre pur un dragueur de seconde zone. Tant pis, je vais me lançer avec une technique bien à moi : Je sort un cigarette, fais mine que mon briquet ne marche pas, puis je m'avance vers elle, les yeux regardant ma clope pour lui faire croire que je fais pas vraiment attention à elle. Enfin je finit par lui demander :

« Excusez-moi, vous n'auriez pas du feu ?»

Ma tête se redresse. Je ne mettais effectivement pas trompé, des yeux magnifique, un visage fin. son corps est élancé : peut-être une danseuse ? En tout cas le destin me l'a mise sur mon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   Mer 18 Aoû 2010 - 1:48

HORS RP : En colère pendant que j'écris en ce moment car j'avais fini de l'écrire et mon ordinateur a planté !

Cela faisait déjà 3 mois que j'étais resté en Russie, j'avais même fêté mon anniversaire la bas, avec ma famille, quelques amis sont également venu mais étant donné ma position, ce ne sont pas de vraie amis, ils désirent juste faire bonne impression c'est tout...Pendant l'année que j'ai passé au Japon, il m'est arrivé pleins de choses extraodinaire, certes parfois, les choses n'était pas très gai et j'ai souvent eu le mal du pays à cause de la chaleur et de ma solitude, mais cela n'était pas bien différent de la Russie, j'ai commencé à étudier dans une académie où les profs m'apprécient à ma juste valeur, bien que d'autres m'ennuient en me traitant de génie comme pour la Russie, cela ne m'a pas affecté plus que cela. C'est donc aujourd'hui que je rentre au Japon, ce pays que j'aime beaucoup à présent et où je m'y sens bien, avec des vrais amis sur lesquels compté ! j'ai enfin fini mes valises et je prend l'avion en direction du Japon, cela n'a pas duré longtemps 1 heure et quelques minutes bien placé et je n'ai pas eu d'ennui à bords, les passagers étaient calme, même si comme à chaque fois, quelqu'un panique car c'est sa première fois, c'est toujours très impressionnant.

Arriver à l'aéroport du Japon, je prend un taxi qui me conduit jusqu'à la gare où mon train m'emmène pour l'académie, j'ai hâte d'y retourner et voir si les choses ont changé, remarque...cela ne fait que quelques mois, il doit peut être y avoir de nouveaux pensionnaires et peut être même des nouveaux enseignants ! Après être arrivé, je donne les billets au chauffeur et je le salue convenablement, il a vraiment une drôle de tête lorsqu'il me regarde, remarque, je ne passe pas inaperçus, car toutes les filles de mon âge n'ont pas les cheveux blonds, longs et ondulés et surtout les yeux bleues, ce n'est pas courant au Japon.

Je suis enfin au lieu où je devais me rendre, il n'y a pas grand monde pour une journée en pleine après midi, les gens sont surement chez eux ou bien à l'académie...Je ne remarque que une jeune fille et un jeune homme avec une longue veste, il est svelte et ses yeux sont plutôt mystérieux et même taquin, mais ma mère me disait toujours de ne pas jurer sur l'apparence des gens, je me demande bien si il va a l'académie lui aussi...
Je regarde le quai et le métro ne passe toujours pas, je soupire légèrement et j'observe les environs, je ne vais pas souvent dans les gares, mes parents pensent que ce n'est pas un lieu pour moi, en effet, l'odeur de la cigarette empesté tout le bâtiment, je n'aime pas vraiment cette odeur mais bizarrement, je garde toujours le briquet de mon père dans mon sac, un petit souvenir en quelque sorte...
Soudain j'entends la voix d'un jeune homme qui me demande si je possède du feu, je me retourne vers cette voix et c'était le garçon à la longue veste, je souris et l'observe puis je sors le briquet de mon père en forme de cheval, une grande passion pour lui, les chevaux... Je tends donc le briquet à l'inconnu d'un geste élégant et tranquille, en souriant d'un air aimable :


"Voila, j'espère que ça vous ira, dit moi, êtes vous élève à l'académie?"


Par la suite, je regarde toujours le quai et j'aperçois le métro qui arrive avec son bruit infernale, je ferme les yeux pour ne pas être prise de vertige par la vitesse et sans m'en rendre compte, je me cogne légèrement à l'inconnu, j'ouvre les yeux et je suis contre son épaule, je me mets à rougir et sourire maladroitement :


"..je ..je suis vraiment désolée ! je n'ai pas l'habitude du métro et cela me donne toujours des vertiges...."

*Qu'est ce que je suis sotte quand je mis mets ! *
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   Mer 18 Aoû 2010 - 12:00

L'adolescente lui un briquet, et pas n'importe lequel : surement de la fabrication unique. Il alluma sa clope d'un geste simple, puis tendit le briquet pour rendre à cette inconnu son bien. Puis elle me demande d'une voix douce si je suis ou vais à l'académie. Je ne répond pas, pourquoi ? J'ai peu à peu perdu le goût des conversations, rester isolé m'avait entres-guillemets rendu un peu asocial. J'ai surement l'air bête mais le regard des gens m'importe que très peu, seulement pour chatouiller ma vanité et ma fierté. Soudain, un courant d'air froid, très froid et un bruit sourd : Le métro arrive. L'inconnu ce met à chanceler, je l'a rattrape, puis elle s'accroche à mon épaule, surement dans ce qu'on pourrait appeler un" état second". Elle semble vite reprendre ces esprits. Je l'a regarde avec une bribes de sourire, je me perd un peu en l'a regardant. Puis rapidement je reviens à l'a réalité :« Le métro !». Je l'a prend par le bras et nous entrons dans le métro. Les porte ce referme, puis après avoir regarder qu'il n'y avait pas de contrôleur. - Une habitude qui est devenu un reflex au bout d'un moment - Je me tourne vers l'inconnu, puis je répond enfin à sa question.


« Eh bien ,effectivement je vais l'académie. Je m'appelle Uziel

Je ne suis pas vraiement à mon aise mais je pense que c'est essentiel d'avoir un peu d'amabilité.Je lui tends ma main .L'air n'est pas vraiment meilleur dans le métro, je décide donc de jeter ma clope, pour ne pas me faire "tacler" à ma première sortie.L'académie ? Qu'est-elle devenu ? Bonne question, peut-être aura t-elle l'a réponse à cette question puisque quand j'y était je ne l'ai jamais vu.Poser des question m'ennuie toujours un peu ; je n'aime pas que l'on m'en pose. Pourtant il me faut faut quand même savoir "ce qu'il y a de nouveau". Je me tourne à nouveau vers elle puis je lui demande :

«Mais vous ? Vous êtes aussi à l'académie ? Il y'a longtemps que je ne suis pas venu et je ne vous y est jamais vu.»

La question est assez mal formulé, c'est un de mes problèmes : je pense quelques choses il faut que sa sorte ; peut importe les moyens.Un léger coup d'oeil sur le trajet, il reste 3 stations avant de descendre.Dans peu de temps il pourrai dormir, ses yeux devaient surement le trahir.

HRPG : Ce sont les aléas du direct =) Merci de l'avoir refait ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   Jeu 26 Aoû 2010 - 15:02

Au moment de mon état second, je me trouve sur l'épaule de l'inconnu qui se trouvait à mes cotés...maladroitement, je m'excuse et explique la raison de cette état, le jeune homme voyant le métro arrivé dans un bruit sourd, s'empara de mon bras et me tira avec lui dans le métro, les portes se ferment et personne ne vient contrôler ce qui se passe, ce n'est pas très sécurisant ! si mes parents seraient là, ils auraient fait un scandale, mais bon, disons que je suis incognito, je ne dois pas faire de chahut pour quelque chose d'aussi banal..
Le jeune homme venait ensuite de se retourner vers moi et il répondit à mes précédentes question en affirmant qu'il était bien de l'académie où je me trouvais actuellement, il s'était aussi présenté sous le nom de Uziel, je lui souris, même étant toujours un peu dans mon état second, je n'ai pas l'habitude de ce genre de transport... L'inconnu jette son mégot hors du métro pour visiblement évité que l'air ne soit encore moins respirable. Il me demande ensuite :


«Mais vous ? Vous êtes aussi à l'académie ? Il y a longtemps que je ne suis pas venu et je ne vous y est jamais vu.»

Je m'assit à ses cotés sur un banc plus que libre, puis je le regarde et je répond d'une voix calme et d'un ton élégant, j'ai était élévé ainsi, même en étant incognito, je pense que je dégage quelque chose que les autres n'ont pas, serait ce qu'on appelle, le sang bleue ?

"En effet, je viens de cette académie, j'y suis depuis un an maintenant, je ne vous ai pas croisé également, mais disons que je ne connais pas grand monde la bas, je reste assez seule...ou bien les gens m'évite qui sait ?
je suis enchanté de vous rencontré Uziel, je m'appelle Mashiko Akasuna, je rentre tout juste de mon pays natal, la Russie"


Je croisa les mains tel une jeune fille de riche, une vielle habitude de Russie et l'on pouvait bien distinguer ma bague en diamant que j'avais malencontreusement oublié d'enlever et de laisser dans ma chambre...ça va surement m'attirer des ennuis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   Jeu 26 Aoû 2010 - 18:44

Assis sur mon siège, les pieds sur celui d'en face, j'observe ces mouvements qui sont assez... inattendue pour une élève de l'académie. Le ton élégant et gracieux, elle me répond :


"En effet, je viens de cette académie, j'y suis depuis un an maintenant, je ne vous ai pas croisé également, mais disons que je ne connais pas grand monde la bas, je reste assez seule...ou bien les gens m'évite qui sait ?
je suis enchanté de vous rencontré Uziel, je m'appelle Mashiko Akasuna, je rentre tout juste de mon pays natal, la Russie"


De Russie ? J'aurais cru à un accent géorgien, mais je n'était pas si loin. La Russie, j'y était déjà aller pendant quelques jours, la neige, la vodka... Ce sont beaucoup de clichés, on ne voit la Russie que par Moscou et non par la campagne russe, qui est tellement charmante.

"привет*"

Un des rares mots que j'avais retenu de se séjour, déjà lointain. Un léger sourire, pas vraiment prononcé pour lui donner un peu de confiance. Effectivement, elle un peu crispé, pourtant nos transport en commun n'ont rien à envie au leurs. D'un léger regard sur ses mains, je remarque que situé sur son index, se trouve une magnifique bague, avec ce qui semblerais êtres des armoiries. Les déductions venaient toutes seules : Les manières + la bague + le ton ; Néanmoins, je sait que depuis un bon moment, la noblesse Russe est assez... mal vu. Et puis si cela se trouve, c'est du toc ! Mais bon pourquoi ne pas demandé ? Nous sommes seuls, et puis je ne suis ni un mouchard, ni un nostalgique des années Stalinienne .

"Tu es... Une Russe blanche ?

La question, n'aurait pu être répondu que par un russe, ce terme était employé, pendant la révolution communiste. Pourtant je ne sais pas si m'engouffre pas sur un terrain assez glissant. Néanmoins, si elle ne répond pas à ma question, je ne lui en demanderais pas plus. Par preuve de politesse, et aussi, que je n'aime pas trop que l'on me pose des question sur qui j'étais avant d'être ce que je suis.

[HRPG] : Désolé j'étais pas spécialement inspiré ^^', mais je rajoute une précision : Les russes blanc était les nobles qui fuirent en France pendant la révolution communiste, les autres les "coco" étaient appelés les russes rouge. Je fais juste la précision pour évité un soucis d'incompréhension (: Et le petit mot en Russe = Salut (il me semble que c'est ça ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   Jeu 26 Aoû 2010 - 19:14

Le jeune homme me répondit en Russie, il me déclara un salut amicale, je me mis à sourire, mais je n'avais pas spécialement envie de parler ma langue natal au Japon, je pourrais me faire découvrir par ceux qui me rechechent...Je regarde par la fênetre et je ne vois pas beaucoup de paysage, à part les parois d'un tunnel, il fait sombre...je n'aime pas l'obscurité, cela me rappelle beaucoup trop de souvenir, que j'essaye d'oublier, tout en étant dans mes pensées, je regarde le jeune homme, celui ci vient de remarquer ma bague, celle qui montre mes origines et surtout mon rang...va t'il me traité différement maintenant ?

"Tu es... Une Russe blanche ?

Ma réaction fût...choqué ! il devait beaucoup connaitre la Russie pour savoir ce genre de chose rien qu'en observant ma bague, je baissa ensuite la tête, puis je le regarda avec un sourire triste

"Oui...mais j'habite au Japon avec des personnes qui s'occupe de moi à la place de mes parents....je ne retourne en Russie que pour affaire...je suis l'unique et derniere princesse de Russie et bientôt Reine...je suis ici incognito en quelque sorte, mais comme une idiote, j'ai oublié d'enlever mes armoireries ! heureusement que c'est toi qui l'est a vu, sinon je serais dans une très mauvaise posture...et peut être executer comme ma famille...."

Je baisse de nouveau la tête en regardant le sol sous mes pieds, mon regard s'était transformé en tristesse pure et une longue larme perlante de brillance coula le long de ma joue pour rouler le long de mon cou et atterir sur ma poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   Ven 27 Aoû 2010 - 7:29

Comme j'aurais pu le prévoir, elle en fut choqué. Puis avec peine elle m'explique sa situation, qui est pour le moins embarrassante. Je ne me contredis jamais, mais il ce peut que j'ai été quelques peu stupide en posant cette question, mais bon je ne me sens pas coupable ou responsable de quoi que ce sois. C'est en voyant son visage se décomposer dans la tristesse, que mon visage se neutre laissa entre paraitre une pointe de compassion. Au début, je veux la prendre dans mes bras, puis non, je ne suis pas dans ce style et puis le touchant câlin me répugne un peu. Dans cette instant de réflexion, une larme coule de sa joue. C'est lorsque que la deuxième larme passe au niveau de la joue, que je la bloque avec mon index, comme pour lui essuyer la joue. Pour me faire, quelques peu excuser, je lui relève la tête, lui affiche un petit sourire.

"Je ne voulais pas... Mais sache que je ne suis ni un mouchard, ni un paparazzi."

Il est vrai que je ne voulais pas la blesser, juste poser une simple question. Mais bon, les mots sont parfois des armes destructrices ; provocateurs de bien des maux. Pourtant un petit sentiment de dégoût me reste un peu sur la conscience. Alors bon, des fois, on ne fais pas vraiment ce que l'on veut mais il faut le faire : Je prend sa main, et je la pose entre les deux miennes. La situation n'est pas vraiment à mon avantage, je ne sais même si je m'y prend bien pour réconforter quelqu'un, habituellement je ne le fais jamais. J'essaye de garder le ton le plus neutre possible, non par snobisme, mais par égard la douleur de mon interlocutrice, je ne pourrais jamais la comprendre alors je ne force pas à faire le martyr et fondre en larme. Je me décide à tout de même montrer que suis de confiance, avec un peu d'humour, la chose passeras certainement mieux. Je me lève, me met en face de Mashiko, puis je m'incline un peu en tendant ma main.

"Si vous me permettez votre altesse."

Tout en lançant un sourire, aujourd'hui aura été vraiment un entrainement à sourire, moi qui déteste tant ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   Sam 28 Aoû 2010 - 15:34

Une larme avait couler le long de mon visage et l'expression que j'affichais était infiniment douloureuse, comme un pique à l'intérieur de ma poitrine, mon histoire...je la cache habituellement, mais Uziel avait découvert mon secret, moi qui suis la dernière Russe blanche, j'ai falli être executer comme mes parents, mais ceux ci m'avait déjà envoyé au Japon depuis l'âge de 10 ans, je ne l'ai est plus jamais revu, car ils ont été executer, je suis à présent, la seule survivante et je dois continuer les affaires royales de Russie, mais...si je le fais, est ce que j'aurais fini par venger mes parents, ou bien est ce que je serais en quelque sorte récompensé pour ne pas avoir succombé à la politique de mon pays...nous sommes actuellement en période de crise, est ce que la Russie à tant besoin de moi ? je n'en sais rien et personne ne le sait plus que moi....

Au moment où une seconde larme se fit dévoilé et qu'elle arriva au niveau de ma joue, je ressentis quelque chose la bloqué, la stoppant net et celle ci s'écrasa dessus, je ne sais pas ce que c'était, c'est alors que quelqu'un me releva la tête, c'était Uziel, je ne me souvenais plus que j'étais dans le métro, étant trop dans mes pensées, cela arrive frequemment, ce jeune homme m'afficha un sourire, comme pour se faire pardonner de m'avoir fait pleurer en repensant à cela, mais il n'a pas la prétention de me réconforter, je trouve ça remarquable de sa part. Il ajouta qu'il n'était pas un mouchard ou un paparazzi, son expression montre une pointe de compassion pour moi, mais son regard est toujours neutre, il me rappelle quelqu'un...mais qui ?
Par la suite, il prit ma main et la plaça dans les siennes, puis il se leve en tendant sa main et me déclara :


"Si vous me permettez votre altesse."

il souriait, mais quelque chose me dit que sourire n'était pas son fort, je saisi la main qui me tendait et fit une reverance, je remarqua ensuite les passagers nous regardait étrangement, j'étais assez génée, mais j'étais avec Uziel et je me sentais comme protegé, il est de confiance pour ma part et d'une grande aide, pour quelqu'un que je ne connais pas....Je lui fis un sourire chaleureux et je déclara en riant légèrement :

"Tu n'est pas obligé de me faire un sourire, je pense par ailleurs que tu ne dois pas trop aimé ça, mais c'est gentil de ta part, je me sens beaucoup mieux à présent, est ce que je pourrais t'aider à mon tour ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   Sam 28 Aoû 2010 - 16:27

"Tu n'est pas obligé de me faire un sourire, je pense par ailleurs que tu ne dois pas trop aimé ça, mais c'est gentil de ta part, je me sens beaucoup mieux à présent, est ce que je pourrais t'aider à mon tour ?"

Ces paroles furent précédé d'un sourire surement sincère. Ce qui m'étonnait, c'est cette facilité qu'elle avait à me décrypter : Je n'aimais pas sourires, était-ci voyant ? Et puis, elle doit me prendre pour un phénomène, dans un sens sa flatte ma vanité. M'aider ? Comment pourrait elle m'aider ? Je ne vois pas comment, j'ai mes problèmes comme tout le monde, mais je ne mêlerais personnes dedans ; j'en fait un point d'honneur ! Elle se sens mieux me dit-elle, mais je crois pas un mot, on me l'a fait pas ! Donc je sors mon porte-feuille, je compte mon argent. Puis ayant compter mon argent, je lui fais donc une proposition :

"Bien sûr, tu viens au resto avec moi ? Tutut on ne refuse pas d'invitations !


Je l'a lève. Une fois debout je lâche sa main, je ne voudrais pas qu'elle croit autre choses. On dirais certes, mais mon intention est uniquement de faire plaisir. Et puis je ne suis pas un mannequin non plus. Le métro arrive enfin à la station où l'on doit descendre, je l'attrape pour l'aider a traverser le petit groupe de passagers qui descendent. Il se retrouvent sur les quais. Je m'allume une clope, en sortant mon Zippo.

*Ah merde j'ai dit que je n'avais pas de briquet, le con. Je ne pense pas qu'elle le remarque.

Je le replace vite dans ma poche, en préparant une excuse déjà toutes faites au "cas où". Puis je lui demande le plus simplement du monde :

"Tu me suis ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour [Mashiko Akasuna]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour [Mashiko Akasuna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beware... :: Métro-
Sauter vers: